Document sans nom




Orchestre Philharmonique de Sofia
Nicolas Couton direction



PRESSE
La musique de Rabaud ne pouvait obtenir meilleur hommage, compter ambassadeurs plus inspirés.
Carl Fischer. classiquenews.com, 17 décembre 2012

...il s’agit avec cette Deuxième symphonie d’une œuvre d’avant 1900, donc de relative jeunesse, dont la maîtrise d’écriture impressionne, accompagnée des deux opus qui lui succèdent directement au catalogue du compositeur, formant un programme d’une remarquable cohérence. On peut remercier le chef, Nicolas Couton, qui apporta à Timpani le projet clé en main, et la prise de risque que constitue cet enregistrement, à tous égards une nouveauté spectaculaire, qui permet de se faire une idée plus exacte des évolutions de la symphonie dans l’école française à l’aube du XXè siecle.
Fred Audin. classicinfo.com, 19 novembre 2012

Je vous recommande donc sans aucune hésitation ce superbe disque consacré à Henri Rabaud qui ravira les amateurs de musique symphonique française en leur permettant de découvrir ou de retrouver un répertoire trop peu souvent fréquenté. Compte tenu de la qualité de cette réalisation, qui fait honneur tant à ses interprètes qu’à Timpani et au Palazzetto Bru Zane, auquel on est reconnaissant de soutenir de tels projets, on espère vivement retrouver au plus vite Nicolas Couton dans d’autres pans méconnus d’un répertoire avec lequel ses affinités sont absolument évidentes.
Jean-Christophe Pucek. passee-des-arts.com 11 décembre 2012

HENRI RABAUD

Symphonie n° 2

1C1197 | 1 CD | DDD | 2012 | 64'36
Code-barre : 3377891411971

Rabaud revient à l’honneur. L’Opéra Comique programme Marouf, son meilleur opéra. La Procession nocturne n’a jamais quitté le catalogue, mais à côté de cela : le néant, un manque d’intérêt pour un compositeur qui a eu sa place parmi les «romantiques français».

Témoin: la Deuxième Symphonie, envoi de Rome du pensionnaire de la Villa Medicis, qui sent bien entendu son Franck et son Saint-Saëns mais affiche déjà une belle personnalité par la façon dont le jeune compositeur joue avec les thèmes, en montrant ça et là ses griffes de jeune lion. Cela nous vaut une symphonie pleine de fougue aux accents emportés, ou parfois rêveurs, qui trouve sa place, sans démériter, dans le cercle des grands symphonistes français, Gounod, Saint-Saëns, Lalo, Franck, Chausson, Dukas...

Une première, qui est aussi le premier CD «officiel» d’un jeune chef français, Nicolas Couton. Il fait partie de cette toute jeune génération de chefs épris de découvertes, curieux, et bourrés de talent. Du talent non seulement pour battre la mesure, mais pour susciter l’envie de jouer chez des orchestres a priori bien éloignés de tels challenges. C’est le cas de la Philharmonie de Sofia, que notre chef dirige régulièrement, et qui s’est «approprié» ce projet.

TRACKLIST:

Symphonie n° 2
1 – Allegro moderato [14'43]
2 – Andante [10'26]
3 – Allegro vivace [5'59]
4 – Allegro - Andante - Largo [13'48]
5 – La Procession nocturne [13’59]
6 – Églogue [5'11]


© Copyright Timpani 2006